Christian Taylor

 

Jeune Athlete x Christian Taylor

 

Jeune Athlete: Where are u from?

Christian Taylor: I’m from Atlanta, Georgia. That’s where I grew up.

J.A: There’s a strong African-American community over there, right?

C.T: Yeah, very strong!! And it’s growing too. More and more people are moving to ATL.

It’s a huge city. Plus we got big shows there, the music is there…

 

 

My parents are from Barbados so I have the Caribbean upbringing: the love for jerk chicken, the respect of roots and discipline, the love for music as well ( Dancehall, Reggae… ); I grew up with going to the Crop Over festival, that’s like Carnival…

I grew up doin that for many years but I had to give that up coz then you have to decide wether you gonna be a party-boy or, ya know?! Sometimes you have to make sacrifices to move on; that was my life at that time so I thought that was a big sacrifice, yeah… Sometimes you have to make tough decisions (lol).

“I can compete and be free and know that the people around me like me for who I am.”

So yeah, I have a deep Caribbean upbringing. Spent a lotta time with my grand-parents and I think that’s a blessing to have this close family feel especially nowadays. I’ve always had their support.

I grew up playin Soccer and I thought that was my passion, my family was 100% behind me. Then when I went to the Track they said “Ok, we’re right here. You got all our support”. These are things that a lotta people wouldn’t have, ya know. So I think it’s very important that I knew that no matter if I was the best or the worst they were always supportive. And I think they’re more like that now.

Some people have the feeling that if they don’t perform well people won’t accept them etc… I never had that feeling. I can compete and be free and know that the people around me like me for who I am.

“You have to live to the fullest, that’s my mentality”

The friendships I make, the relationship I build with people is never about Track. I looove Track but what’s more important is who I am instead of “oh if I perform well people will love me”. If I do well that’s like additional and they’re happy for you; and if I don’t do well they’ll still be like “hey, let’s go to eat…”, they’ll still be around and that’s what is important to me.

My competitiveness is something I learnt from my parents also. From the beginning. It was never a pressure of having to be the best but they said “if you gonna do whatever, why not?!”; “Christian, you like to sing, you aren’t the best singer but hey, sing your heart out!” So whatever you do, do it to your potential. If you’re not the best it doesn’t matter, but if you do something at least give it your all. When I compete I wanna come back to my room knowing that I gave 100%; if I lose, I wanna be able to say that I had nothing left. No regrets!!

 

 

So everything I do I just do it 100% coz tomorrow is not promised, and unfortunately when these things hit you, that’s when it’s too late. You have to live to the fullest, that’s my mentality. If you never take the opportunity you will never know what you’re made of. And that is the thing that pushes me everyday. I always tell myself to make good decisions; I have a younger sister and I just wanna be the best example I can be for her.

“Track is not who you are. Track is what you do.”

Life is full of opportunities, so why impose yourself a limit. Not saying that you can go crazy on everything; but if you want something go for it; why not?! Every morning is a new opportunity to change your life, just go for it!

 

 

J.A: When did you switch from Soccer to Track&Field?

C.T: When I was 14/15. The Caribbean background is Soccer and Cricket but yeah, I loved playing soccer. Win or lose? No matter, it’s team-spirit, that’s when you build the brotherhood.

The traveling, all that fun, it was a great time! But it came to a point where I didn’t wanna put the financial burden on my parents; plus I knew that I was talented but not excelling so I just wanted to try something different. People said ‘hey, you’re one of the fastest guys on the field, just go and do Track’ So I went to Track and started to win and win and win.

Told myself this could be it but….that’s only winning against local people so the question was “how can I get to University? how can I get a scholarship?”. Anything that could help my parents. At that moment, me and my family really had to decide.

 

 

That’s when I decided to commit to Jumping and it was really sort of a snowball effect. It felt so good and so natural! Then I went to a club team and met my first coach, who became almost like a second father to me; he was always there for me, you know. Off the track we would have lunch together, we spent so much time together, we travelled together.

Just like it is with my coach now. When there is no Athletics during the weekend we can go to the cinema or have a barbecue. People don’t realize how important is that kind of relationship, coz then again, it’s never about what you’re doing but about who you are. This is how I’ve lived, and how I wanna live with people.

“He killed me at this competition. I couldn’t even jump.”

In sport you are one injury away and I don’t know if it’s good or bad but so many people put all their eggs in the same basket like “Track is my life” bla bla bla… No. Track is not who you are. Track is what you do.

Who you are is the person you sit with, the person you drink a coffee with, and for me…maybe that’s the reason why I won’t go to the next level or maybe this is why I will go to the next level. In sport, one hamstring injured and pschiiit, it’s done. I don’t worry about if people will talk to me or stay close to me because I know that all the friendships I’ve made have been built on the person I am, wether I compete or not.

J.A: When u switched to T&F did you have any reference or idols?

C.T: I had no idea about what it was. For me it was just about having fun and being the fastest kid in school; I didn’t know the records etc… When I was 17 I remember a competition where I jumped 14m/15m and I had no idea that this competition was a trial for the 2007 World Youth Championships, so I didn’t even bring my passort with me.

I jumped about 15m30, the Coach told me that we had to do the Team USA sign up: I had no idea what he was talkin about. He told me the next step was the World Youths in Czech Republic. What??? They asked for my passport and I was like “why would I have my passport with me?”.

I had no idea about the international standards. My Mom had to fly back home to mail us the passport and everything… I didn’t realize that I would jump against Russians, Cubains… I was like “Man, I just jump against kids from down the street!” Wow!!

 

After that it was going to school like ” Yo, I’m gonna jump overseas, I’m on Team USA, I got new Nike gears that you can’t buy”. I wore my Team USA kits EVERYDAY!! Plus I won the Gold at the World Youths so I was the man at school, I wore my gold medal everyday, everywhere. But that’s also when I realized that Track could really be for me so I could help my parents.

The Year after I made it to the World Juniors and wooooo: that’s when I met Teddy Tamgho . Wow!!! Oh oh oh!!

In 2007 I won the World Youths with 15m96 , went back to America with my swag on, I was the man. In 2008, here come the World Juniors and here comes Teddy: 17m33 on his first jump!!!!! Until that day my head was a balloon and he popped it so quick!! He killed me at this competition. I couldn’t even jump.

“His jump changed my whole life.”

Then I realized that to be better I had to do different things. Jumping was not a hobby anymore. I got a scholarship and that’s when I met my coach now Rana Reider who taught me that strength and protein don’t only come from fish and chicken: I had to go to the lifting room and that’s when I found out how weak I was, haha. You know? Entering the University, starting to talk to the ladies and these same ladies in the weight room mocked me like “look at this guy!!” , and I’m struggling!!! Ooh…. And I’m skinny now, so you can imagine before.

Even until today, it’s because of Teddy that I’ve had a different mindset. That I have full respect and appreciation for the history of our event. His jump changed my whole life. I saw someone my age doing something at such a high level so I was like: why can’t it be me?

 

 

In Moscow 2013 I jumped 17m96 which was at the time the best jump of my life. Teddy jumped a 18m04 and then again that was a blessing coz 18m became real. When Jonathan Edwards set the WR (18m29) I was 5 years old. Who jumps like that now?And to see Teddy made me say ” You know what? I can do it!” He changed my career. Not that I wasn’t hungry before but now I can grasp it.

And when we went to Doha last June, unfortunately he got injured but still, he told me “remember what we spoke about”. Taking the Triple Jump to the next level. And then I jumped the same exact 18m04 as him (then soon 18m06 in Lausanne).

“If you behave as if it’s all about you then you forget where you come from.”

It’s good to have this friendship over rivalry because we push each other, we share the same stage. We both wanna set the triple jump as a premier event; Obviously we both compete for Gold, we all want to jump really far and if we do, that’s history!! Remember Carl Lewis vs Mike Powell? Many people can’t say who won the Gold medal but we all remember that it was the best long jump competition ever. It was such a great show.

So that’s the mentality I’ve been having now: if someone can, why can’t I ?! What’s the difference between me and you? NO LIMITS.

“Positive! No matter what happens, you can always find the positive”

J.A: You give the image of a very calm and enthusiastic person, but we can feel that you hold a lotta fire inside? Why don’t u show it?

C.T: I’m a big energy person, I feed off energy!!

No matter what, I always try to turn any energy to a positive. In a competition it’s not only about you and yourself. You learn from your competitors. Also my faith is very strong so I give it to God. What could upset me would be someone behaving like “look what I did!! Me this…me that…” It’s not only about you, it’s the team around you. If you behave as if it’s all about you then you forget where you come from. You forget about the people that sacrifice for you to get here.

That’s why I channel that into this fire inside of me that lights me up. Also wether I jump far or not I’m like “ok; great!! I’m thankful; I thank my coach. But I can jump further more”. And if the jump is bad I’m like, “these things happen but I can jump again”.

“So, even if I know I should be the best, I want a little bit of fun. Let me slowly build it.”

So often I hear “woh!!! Look what I did and stuff…” No, no, no: you have to thank your coach(es), you asked for clappin’ so you have to thank the crowd. You guys helped me, so I’mma put on a great show for you guys!! If you put me in an empty stadium right now I couldn’t jump 18m. I’m all about being grateful and thankful.

Teddy goes down I’m like “that’s so unfortunate!” So I have to be grateful everytime I compete coz just like that (snap!) season’s over… 1st meet of the year!! You never know!! Tomorrow is not promised. Every jump is not promised; you just gotta stay humble. Be hungry but: stay humble and be thankful. Those are my top 2 things…

J.A: Since you’re travelling a lot, do you miss Florida and Georgia?

C.T: Florida for sure, not so much Georgia. Florida is where I have a place, Georgia is my parents’ place so it’s not the same freedom. I miss Florida for sure
just because of uh, a lotta restaurants, a lotta my friends… Things that make you feel like home, you know?! I’m missing my bed! You can sleep in a bunch of beds but when you get to your bed it’s like “oooh”. Little things like that…

J.A: Where are u from in Florida?

C.T: I went to University of Florida, in a place called Gainsville; it’s like two hours North from Orlando.
My girlfriend and I just had a place there but … we never there (lol). Now she’s in Hong Kong playing Volleyball and I’m here in Europe but whenever we get a break, we go back there.

“Music is like a time-capsule: if I hear a song it takes me to a different place.”

J.A: We’re used to see you winning a competition not before your 4th or 5th jump: do you need to be pushed against the wall to excel?

C.T: I don’t know where that comes from coz it drives my parents and my coach crazy!!! He’s like “if you can do it, just go and on the 1st jump, do it!!”

I like fighting! I like fighting videos…well I don’t know if it’s a good thing but, for example if I watch Mayweather, I don’t wanna see them running in circles; I wanna see them “Bom! Bom! Bom!” [boxing moves].

I wanna see them back, forth, back, forth… Take someone like Mike Tyson: knockout after 10sec. That’s great, but I’m not gonna pay $150 for only 10seconds of fighting! So, even if I know I should be the best, I want a little bit of fun. Let me slowly build it.

Also I play Golf: if you take the past shot to the next one, your game would be horrible. You take a shot, wherever it goes, you say “Ok! It’s a good shot, or a bad shot”. Then you race it. Onto the next one. That’s how I think with my jumps, you know. I jump…I can fail…I go back. You know?! Positive! No matter what happens, you can always find the positive.

When it comes to the 5th and 6th jump, I just do that cause I wanna put on a good show, you know. People want to see a fight , they want to see a back and forth and be like “wooh!! How is he gonna respond?!”

I’m in good shape, but what matters is that I’m happy to have competitors like that (Pichardo) cause he pushes me and that’s what people want to see!! So I like to save it to the end. My coach hates it, I give him grey hair; it gives people in the crowd nerves but that’s what it’s all about!!

When they leave the stadium, I want people to remember that the triple jump was crazy! I wanna hear them saying “Yo, that guy jumped like craaazy!” There are a lotta meetings but people pay to watch the Diamond League. So, if they gonna pay, give them something great.

 

 

J.A: What about about your relationship with music? You’re from ATL a city that leads the music industry.

C.T: Yeah, Atlanta is the music-helper. But to be honest I think I just do it all. Because there’s been different peolple in my life. Obviously growing up with Reggae was the biggest thing but then Atlanta is Hip-Hop we got Outkast, T.I … then I moved to Florida so I started to listen to some Rick Ross…then I started to date my girlfriend who listens to Country.

She started playing it around me and I was like “country??”… But slowly it grew on me. Now I can listen to Country and it reminds me of her, you know. Music is like a time-capsule: if I hear a song it takes me to a different place; and I’ve been so fortunate to be able to travel the world and meet so many people and eat so many things…Music triggers memories of all of these things.

Like when Drake opened for Ludacris in Miami in 2009, I was like “Drake? Who’s that guy? I came here for Luda”. And he started playing his soft songs and all I wanted was to see Ludacris. I didn’t pay for Drake, I paid for Luda so I was like “Move!! Get out the way!! Get out the way!!” And now I listen to Drake and it reminds me of that gig.

And when it comes to training or competition, I just listen to everything. It could be a rock song and it reminds me of when I’m in the weight room, or jazz when I need to be chilled like the calm before the storm. You need to find that inner peace and then: snap!! You know?! Sometimes I listen to Jazz or Country thinking about my girlfriend, I wanna do well for her…

I listen to everything! House-music that I discovered in England. In the beginning I was like: “House???”; and now I’m mister Funky-House myself! Music is so powerful, it can set your mood, it can make you break a situation, and I’m an energy person, so…

For the last meets I brought my speakers and we’ve been listening to Carnival music on track. For Shara (Proctor) and it reminds us of happy days, being in a sunny gym etc… Tiffany (Porter) doesn’t know about this stuff but she feeds off of our energy, you know. So we’re in practice dancing and stuff. We just have a great time! Life is short!

The only thing I don’t do is video games! Pschiitt! I suck at it! Any games!! I can hype up my boys, no problem, but playing? Pffff… I trash-talk but gettin’ on the stick? No, no, no… I can’t play…to save my life. Haha!

J.A: Do u see Triple Jump as an art serving performance or just something fun but mechanical?

C.T: There is definitely an art to the triple jump. But it is also very fun. I like the fact that there are so many elements to it. But when it is done correctly, it is mind blowing. Like a rock skipping across the water.

J.A: Smoking Chicha at 3am or early morning long jog?

C.T: Early morning jog. I am an athlete so automatically have to choose the healthier choice. Haha I would actually perfect an even jog as I love the night and think it would put me at ease so I can have a nice sleep.

J.A: Your impression when 1st checking our page? And if u had the camera who would u shoot and why?

C.T: My first impression was that this was a different look than most sports pages. There was a shadow element that made it have a deeper feeling to each shot. This was very unique. If I had a camera, I would shoot my girlfriend @kellymurph12 as she is very beautiful and an incredible athlete. I’m her number one fan. But when she gets on the court she is so focused and it really excites me to see how much passion she plays with.

 

 

Jeune Athlete: D’où viens-tu?

Christian Taylor: Je viens d’Atlanta, État de Géorgie. C’est là-bas que j’ai grandi

J.A: Il y a une grosse communauté afro là-bas, n’est-ce pas?

C.T: Oh oui, très marquée. Elle est même en plein boom! De plus en plus de gens viennent s’installer à Atlanta. Cette ville est juste balaise. En plus il y a de grands spectacles à voir, la scène musicale est bien présente aussi…

Mes parents sont originaires de l’île de la Barbade donc j’ai la culture des Caraïbes: l’amour du Jerk Chicken, le respect de mes racines, de ma tradition et de la discipline mais aussi un vrai kiff pour la musique ( Dancehall, Reggae… ) ; J’ai grandi au son du Crop-Over, une sorte de carnaval. J’ai baigné là dedans des années et des années mais à un moment j’ai dû mettre ça de côté et choisir entre devenir un ambianceur ou … tu vois quoi?! Parfois il faut faire des sacrifices pour avancer; à cette époque les ambiances Crop-Over étaient ma vie, donc de renoncer à ça a été un énorme sacrifice. Dans la vie il faut parfois faire de durs choix. Donc ouais, j’ai l’ADN des Caraïbes.

J’ai aussi passé beaucoup de temps avec mes grands-parents et je pense que c’est une chance d’avoir cet esprit familial autour de moi. J’ai toujours eu leur soutien.

Quand j’étais petit je jouais au football et je pensais vraiment que c’était ma passion; ma famille s’impliquait à 100%. Ensuite quand j’ai décidé de faire de l’Athlé ils m’ont dit: “OK, on est à fond derrière toi!”.

Ce sont des choses que beaucoup n’ont pas et je pense que c’est très important d’avoir su que peu importe que je sois le meilleur ou le pire ma famille m’apporterait toujours son soutien. Je crois qu’aujourd’hui ils me soutiennent encore plus qu’avant.

Tu sais il y a des gens qui pensent que si ils réalisent une mauvaise perf’ ou qu’ils font mal quelquechose, ils seront rejetés des autres etc… Je n’ai jamais eu ce sentiment. Je peux aller en compétition l’esprit libre et en sachant que les gens autour de moi m’aiment pour qui je suis. Les amitiés que je construis, les liens que je tissent avec les gens ne sont jamais basées sur l’Athlétisme. Je kiffe la piste, l’Athlé, tout ça, mais ce qui est plus important c’est qui je suis plutôt que “Hmm si j’ai de bonnes perfs les gens vont m’aimer! “.

Si je perf’ c’est un bonus et mes gens seront content pour moi; parcontre si je fais de la merde ils seront toujours là à me dire “viens on va manger un truc , viens on va faire ci…faire ça…”. Ils seront toujours autour de moi et c’est ce qui compte le plus.

Mon esprit de compétition ce sont mes parents qui me l’ont inculqué. Depuis le début. Ils ne m’ont jamais mis la pression d’être le meilleur mais ils me disaient plutôt ” peu importe ce que tu t’engages à faire, pourquoi pas devenir meilleur?! ou encore ” Christian, tu aimes chanter, tu n’es pas le meilleur chanteur mais écoute, chante à fond!! “. Tu vois? Donc peu importe ce que tu fais, fais-le au max; Si tu n’es pas le meilleur c’est pas grave, mais quand tu fais quelquechose: donne tout ce que tu as!

Après une compétition je veux revenir dans ma chambre en me disant que j’ai été à 100% parce qu’on ne sait pas de quoi est fait demain… et c’est quand la mauvaise nouvelle arrive qu’il est déjà trop tard.
Il faut vivre les choses à fond, c’est ma mentalité; et si tu ne saisis pas chaque opportunité, tu ne sauras jamais de quoi tu es fait. C’est exactement ça qui me donne la gnac chaque jour. Et puis j’ai une petite soeur donc j’ai juste envie d’être le meilleur exemple pour elle.

La vie est pleine d’opportunité alors pourquoi s’imposer des limites. Je ne dis pas qu’il faut partir en live sur tout et n’importe quoi mais si tu veux quelquechose, fonce!! Chaque jour est une nouvelle chance de changer ta vie: fonce!!

J.A: A quel moment es-tu passé du Football à l’Athlétisme?

C.T: J’avais environ 14-15 ans. Dans la culture Caribéenne, on joue plutôt au Foot ou au Cricket et moi j’adorais jouer au foot. Gagner, perdre… peu m’importait. Il était plus question d’esprit d’équipe et c’est la période où tu noues des relations fraternelles.

Je me souviens des déplacements en équipe, c’était que du fun!! Mais à un moment je ne voulais pas imposer toute la charge financière à mes parents; et puis je savais que j’étais bon mais pas excellent, donc j’ai décidé de pratiquer un sport différent. Et comme les gens me disaient que j’étais un des plus rapides sur le terrains, je me suis mis à l’Athlétisme et là: j’enchaînais les victoires! Je me suis dit que ça serait peut-être mon truc alors, mais en même temps ce n’étaient que des victoires contre des gars du coin…

Je me suis donc demandé “comment faire pour avoir une bourse et aller en Université?”. N’importe quel moyen d’aider mes parents. Et c’est à ce moment que je me suis dédié au Saut, ça a été un effet boule-de-neige. Sauter me paraissait si naturel et j’en avais de si bonnes sensations! Je suis donc allé dans un club et ai rencontré mon premier entraîneur qui petit-à-petit est devenu comme un deuxième père pour moi. Il était toujours là pour moi. Tout ce temps passé ensemble, les déplacements en compèt’… Et puis si il n’y avait pas Athlé on pouvait déjeuner ensemble. De la même manière que maintenant avec mon coach. Le weekend ça nous arrive souvent d’aller au ciné ou de se faire un barbecue.

Beaucoup ne réalisent pas à quel point ce genre de relation est importante car encore une fois, ce n’est pas une question de ce que tu fais dans la vie mais plutôt qui tu es! C’est avec cette philosophie que je vis et veux vivre avec les gens.

Dans le sport de haut-niveau la blessure n’est jamais loin; je ne sais pas si c’est une bonne chose ou pas mais, beaucoup de gens mettent leurs oeufs dans le même panier en disant que l’athlé c’est leur vie. L’athlé n’est pas qui tu es, c’est juste ce que tu fais. Ce qui te définis c’est la personne avec qui tu passes du temps, celle avec qui tu vas boire un café.
C’est peut-être pour ça que je n’atteindrais pas un niveau supérieur ou bien c’est grâce à ça que j’atteindrais ce niveau supérieur.

J.A: Quand tu as commencé l’athlétisme, avais-tu des références, des idoles?

C.T: Je n’avais aucune idée de ce qu’était l’athlé. Mon idée était juste de m’amuser et d’être le plus rapide à l’école. Je ne connaissais ni les athlètes phares, ni les records. À 17 ans je me souviens d’une compèt’ où j’avais sauté au delà des 15m et je ne savais même pas que cette compèt’ était une qualif’ pour les Championnats du Monde Cadets; je n’avais même pas pris mon passeport avec moi. J’avais sauté environ 15m30, et le coach me parlait de remplir la paperasse Team USA car la prochaine étape pr nous serait la République Tchèque: je ne comprenais absolument rien de ce qui se passait; c’était un vrai charabia. Quand la fédé me demandait mon passeport je leur répondais: “mais pourquoi je devrais avoir mon passeport sur moi?”.

Je n’avais aucune idée des standards et process internationaux. C’est ma mère qui avait dû prendre le premier vol pour Atlanta et nous poster mon passeport. Je ne réalisais pas que j’allais sauter contre des Russes, des Cubains alors que j’avais simplement l’habitude de sauter contre des mecs du quartier!!

Du coup à l’école j’me la racontais à dire haut et fort que j’étais en sélection et que j’avais des équipements Nike qu’on ne trouvait pas dans le commerce. Je les portais TOUS LES JOURS!! En plus comme j’étais revenu avec la médaille d’Or que je portais autour du cou tous les jours et partout, je faisais “le mec” à l’école.

Mais c’est aussi le moment où j’ai réalisé que je pouvais peut-être vivre du Triple-Saut et aider mes parents. L’année suivante je me suis qualifié pour les Championnats du Monde Junior et wooo, c’est là que j’ai découvert @teddytamgho .

Wow! Oh oh oh!! En 2007 je remporte les Monde Cadets avec 15.96m, je suis rentré aux States avec ma médaille, le torse bombé.

En 2008, Championnats du Monde Junior, Teddy m’a dégonflé le melon avec un premier saut à 17m33!!! Il m’a tué à cette compétition, je n’arrivais même pas à sauter. J’ai donc réalisé que pour être meilleur il fallait faire les choses différemment. Le Triple-Saut n’était plus un hobby. J’ai obtenu une bourse d’étude et ai rencontré mon coach actuel @ranareider qui m’a appris que le poulet et le poisson n’étaient pas les seules sources de protéines. Il fallait aussi passer par la salle de muscu et c’est là que tu te rends compte à quel point tu es faible!!

Tu vois ou pas? Tu arrives à l’Université, tu dragues les filles et tu te retrouves en salle de muscu avec ces mêmes filles qui te voient galérer sous la barre… Encore aujourd’hui je suis fin alors imagine un peu à l’époque.

Donc encore à ce jour c’est grâce à Teddy que j’ai une approche totalement différente, que j’ai un max de respect pour l’histoire de notre discipline. Son saut a complètement changé ma vie. En 2008 j’ai vu ce mec, de mon âge, réaliser une performance de très haut-niveau… Je me suis dit: pourquoi pas moi?
Aux Mondiaux de Moscou en 2013, j’ai sauté 17.96m, ma meilleure marque à l’époque. Teddy avait gagné le concours avec 18.04m et là encore c’était une bénédiction; La barre des 18m devenait vraiment accessible!!

Quand Jonathan EDWARDS établit le record du monde en sautant 18.29m j’avais 5 ans. Qui saute des distances comme ça de nos jours? Et voir Teddy sauter m’a amené à penser que je pouvais le faire. Il a changé ma carrière. Ça ne veut pas dire que je n’étais pas ambitieux avant mais maintenant je suis à deux doigts de les réaliser.

En juin dernier à Doha malheureusement il s’est blessé mais il m’a demandé de me souvenir de ce dont on avait parlé: amener le Triple-Saut dans une autre dimension. Et tout suite après, comme par hasard j’ai sauté à 18.04m comme lui auparavant ( puis 18.06m à Lausanne ).

C’est bon d’avoir cette amitié par dessus la rivalité car on pousse l’autre à se dépasser et en plus on partage la même scène. Évidemment on veut tous l’Or, on veut tous sauter super-loin et quand on le fera ce sera historique, comme ce concours de Longueur entre Carl Lewis et Mike Powell. Y’en a plein qui ne savent même pas qui a remporté le concours; parcontre on se souvient tous que c’était un spectacle incroyable; le meilleur concours de Longueur de tous les temps même.

C’est ça ma mentalité maintenant. Si quelqu’un peut le faire, pourquoi pas moi?! NO LIMITS!!

J.A: Tu renvoies l’image de quelqu’un de très calme et d’enthousiaste mais on perçoit aussi un feu en toi! Tu ne le montres jamais?

C.T: Je suis quelqu’un qui me nourrit de l’énergie autour de moi et peu importe ce qu’il se passe j’essaierai toujours de transformer une énergie en quelque chose de positif.

En compétition il n’est pas seulement question de toi seul. Tu apprends de tes adversaires. Et puis j’ai une grande foi envers Dieu.

Ce qui me dérange c’est quelqu’un qui se vanterait du genre “regarde ce que j’ai accompli!! Moi ceci…moi cela…” ; cette personne n’a rien compris: il ne s’agit pas de toi mais de l’équipe qui t’entoure. Si tu fais l’égoïste ça veut dire que tu oublies d’où tu viens, que tu oublies qu’il y a des gens qui ont fait des sacrifices pour que tu atteignes ce niveau.

C’est pour cela que je canalise tout en ce feu qui brûle en moi. Et puis peu importe que je saute loin ou pas, je me dis toujours: “OK, merci pour tout, merci Coach. On remet ça car je peux sauter encore plus loin”.

Il faut remercier ses entraîneurs, le public car tu leur a demandé la claque. “Vous m’apportez votre aide, et bien en retour je vous offre un grand spectacle”. Si on me met dans un stade vide tu peux être sûr que je n’irai pas à 18m. Tout est une question de gratitude.

On ne sait jamais ce qui peut arriver en compétition. Regarde, Teddy qui se blesse en rentrée!! Qui pouvait prévoir ça. C’est vraiment pas de chance pour lui. C’est pour ça que je remercie tout le monde car on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve, ce que le prochain saut nous réserve. Il faut juste rester humble. Motivé comme un dingue, mais humble et plein de gratitude. Ce sont mes deux crédo.

J.A: Maintenant que tu voyages beaucoup, est-ce que la Floride et la Géorgie te manquent?

C.T: La Floride, grave!! La Géorgie pas tant que ça. En Floride c’est là où j’ai ma piaule tandis qu’à Atlanta c’est chez mes parents; c’est pas pareil. Mais oui la Floride me manque beaucoup quand je repense à mes amis là-bas et aux restaurants dans lesquels on va… Toutes ces petites choses qui te font te sentir chez toi. Et puis mon lit me manque grave!! Tu sais, tu peux dormir dans tous les lits du monde mais ton lit: oooh!!!

J.A: Et de quel coin de Floride es-tu originaire?

C.T: J’ai été â l’Université de Floride, à Gainsville. Avec ma copine on a notre chez-nous là-bas mais on n’y est jamais, lol. Elle est volleyeuse pro à Hong-Kong et moi je suis là en Europe… Mais dès qu’on a du temps libre en commun on fonce là-bas.

J.A: On a l’habitude de te voir gagner une compétition après ton 4è ou 5è essai: as-tu besoin d’être aux pieds du mur pour te sublimer?

C.T: Je ne sais pas d’où ça vient car mes parents et mon coach ça les rends fou!! Mon coach me dit toujours que si je peux le faire dès le premier saut il faut que je le fasse; mais j’aime le combat, c’est plus fort que moi!

Je ne sais pas si c’est une bonne chose mais j’adore les vidéos de combats; par exemple si je me matte un fight de Mayweather, j’ai pas envie de le voir tourner en rond. Ce qu’on veut c’est du rentre-dedans, de l’action!! Maintenant prends un combat de Mike Tyson: on 10 secondes, bim, KO!! C’est énorme mais bon, je ne vais pas payer $150 pour seulement 10 secondes de combat.

Donc même si je sais que je dois être le meilleur, que je dois gagner, j’aime bien que ça se fasse dans une ambiance fun. Il faut juste me laisser faire monter la pression.

C’est comme quand je joue au Golf, si tous mes coups sont les mêmes du début à la fin ça donne une carte horrible. C’est pas mieux de prendre un tir, de voir où il se dirige et de se dire que bon tir, mauvais tir, peu importe, il faut continuer et que le prochain sera meilleur? C’est comme ça que je pense en compèt’. Quand tu sautes tu peux te rater, tu peux mordre la planche, mais c’est pas grave. On remet ça! Il faut rester positif.

Quand arrivent les 5è et 6è essais c’est showtime!! Les gens veulent voir du combat et se dire “woooh! Comment va-t-il répondre à ses concurrents?”

En ce moment je suis en forme mais ce qui compte le plus c’est d’avoir des concurrents comme Pichardo car il me pousse à me surpasser et c’est ça que le public veut voir. Du coup j’aime bien utiliser ma dernière gachette. Mon coach déteste ça, je lui donne des cheveux blancs mais c’est le jeu.
Quand les gens quittent le stade, je veux qu’ils se souviennent avoir assisté à un gros concours. Le public paye pour la Diamond League donc à nous de leur offrir un grand spectacle.

J.A: Et ton rapport à la musique? Venant d’Atlanta…

C.T: C’est vrai, Atlanta c’est le poumon de la musique américaine en ce moment. Pour être honnête j’écoute de tout. Parce qu’il y a eu tant de gens différents dans ma vie. Évidemment quand j’étais petit c’est le Reggae qui occupait mon esprit, mais ensuite en grandissant à Atlanta avec la scène Hip-Hop qu’on lui connait j’étais obligé de passer par des T.I , Outkast… Ensuite j’ai déménagé en Floride donc: Rick Ross. Puis j’ai commencé à sortir avec ma girlfriend qui écoute de la Country… Quand je l’entendais écouter ça je me disais WTF??? Mais petit-à-petit je m’y suis fait et quand j’écoute ce genre de musique ça me fait penser à elle. La musique c’est comme une capsule temporelle. Quand je l’écoute elle me transporte dans des lieux différents, et comme j’ai eu la chance de pas mal voyager…une musique peut m’évoquer des souvenirs divers et variés.

Comme quand Drake a fait la première partie de Ludacris à Miami en 2009. Je ne savais même pas qui était ce Drake; j’étais venu pour Luda! Et quand il s’est mis à faire ses chansons à l’eau de rose là… J’avais juste envie qu’il dégage. Mais maintenant j’écoute du Drake et ça me rappelle toujours ce concert.
Quand il s’agit d’entraînement ou de compèt’ j’écoute tout!! Ça peut être un son rock qui me rappelle les sensations en salle de muscu, ou du jazz pour quand j’ai besoin d’être au calme avant la tempête. Parfois ça va être de la Country; ça me fait penser à ma copine et ça me donne la gnac pour faire le taf pour elle. J’écoute de tout!! Même de la House que j’ai découvert lors de mon séjour en Angleterre. Au début je trouvais ça horrible et maintenant c’est moi le roi de la House!! Le pouvoir de la musique est énorme. Elle te met d’une certaine humeur, elle peut t’aider à débloquer des situations et comme je vous ai dit, je ne marche qu’à l’énergie!

Pour les récents meetings, j’ai apporté mes enceintes et sur la piste c’était ambiance Carnaval. Avec Shara ( Shara Proctor ) ça nous rappelle les jours ensoleillés des Caraibes etc… Tiffany ( Porter ) ne connaît pas ça mais elle absorbe notre énergie et c’est que du fun à l’entraînement. La vie est trop courte, profitons-en!

La seule chose où je ne kiffe pas, c’est les jeux vidéos. Je suis une grosse merde à ça!! Je sais ambiancer les potos quand ils jouent, pas de problèmes, mais jouer: pfff!! Vaut mieux pas, c’est mieux comme ça. Je tiens à ma vie, hahaha.

J.A: Quelle était ta première impression quand tu as eu des échos de notre projet? Et si on te donnais notre appareil photo, tu shooterais qui et pourquoi?

C.T: Ce qui m’a de suite frappé c’est ce regard différent des autres pages de sport. J’ai trouvé qu’il y avait cet élément sombre qui donne un sentiment plus profond à chaque photo. C’est vraiment quelque chose d’unique.

Si j’avais l’appareil photo de Jeune Athlete, je shooterais ma girlfriend, Kelly Murphy car elle est très belle et est une athlète incroyable! Je suis son 1er fan. Mais attention, quand elle rentre sur le terrain elle est grave concentrée et c’est vraiment excitant de voir la passion qu’elle met dans son jeu.

J.A: Est-ce que tu vois le Triple-Saut comme un art au service de la performance ou simplement comme quelque chose de fun mais mécanique?

C.T: C’est sur qu’il y a une part artistique dans le triple-saut, mais c’est surtout très fun. Ce que j’aime c’est qu’il se décompose en tant d’éléments et quand un saut est bien exécuté c’est vraiment bluffant!! Comme une pierre qui ricoche sur l’eau…

J.A: Tu es plutôt Chicha-pomme à 3h du mat ou footing à 7h du mat?

C.T: Footing matinal, obligé, je suis un athlète. Je préfèrerais même un footing tard le soir vu que j’adore la nuit. En plus ça me relaxerait avant d’avoir une bonne nuit de sommeil.

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s