MÉS QUE UN CLUB

 

Portrait

Suite à la victoire du Noisy FC face au GFC Ajaccio en Coupe de France, et la déferlante de tweets taxant les supporteurs du Noisy Le Grand FC de racailles et autres adjectifs qualificatifs, nous voulions redonner ses lettres de noblesse à cette ville qui s’était déplacée en masse pour apporter son soutien au club de sixième division.

Parmi les 2600 personnes qui s’étaient déplacées au stade, Mohamed, noiséen et éducateur auprès des jeunes de l’AS Champs, revient d’un voyage au Mali avec son association INDEME AFRICA, qui prouve encore une fois que certains peuvent nous reprocher d’être de banlieue, mais ne comprendront jamais que nous sommes fiers de l’être.

Qui est à l’origine de l’association ?

C’est mon gars sûr Adama Keita qui l’a crée, et c’est vraiment lui qui a donné une force incroyable depuis le début. C’est un mec de la cité du Mont d’Est. Au début il voulait avoir avec lui un mec de chaque quartier minimum, un mec du Palacio, un mec d’en bas de la Mairie, un mec de la Varenne, un mec du Pavé-Neuf, un mec du Champy, tu sais il y a tellement de cités ici !  Et que chaque mec représente son quartier, mais dans l’humanitaire.

L’association a été créée il y a 4 ans et le but est de venir en aide aux orphelins en Afrique. Tout au long de l’année nous organisons des événements pour récolter des fonds et à la fin de l’année civile, grâce à l’argent récolté, on organise un voyage humanitaire pour venir en aide aux enfants de la rue et aux orphelins.

Là vous avez été au Mali, mais vous aviez visité d’autres pays auparavant ? 

Il y a eu le Maroc avant. On vise des pays “accessibles” où l’on connait du monde sur place. Ca facilite énormément les choses au niveau de la logistique. Adama est malien et il a beaucoup de famille là-bas. On espère faire Madagascar à la fin de cette année. Moi je suis algérien mais que ce soit en Algérie au Mali ou dans le fin fond de la Croatie ou en Russie, si je peux apporter de l’aide et faire le bien quelque part je le fais.

Selfie .jpg

Comment vous financez tout cela ?

On a une très bonne relation avec la mairie qui nous aide énormément, car la plupart d’entre nous interviennent auprès des jeunes, etc. En 2018 on a participé à Noisy Plage où on avait un stand avec une machine à pop-corn, une autre à barbe à papa et une machine à crêpes, ce qui nous a permis de récolter de l’argent. On était également présents avec un stand à la Fan Zone pendant la coupe du monde. Moi j’ai pas trop participé sur celle-là, parce que tu as vu il y avait les matchs (rires)…

On a la chance d’être nombreux, donc on tourne à tour de rôle. L’association finalement c’est tout le monde. Si demain tu veux venir donner un coup de main, tu es le bienvenu.

Vous avez dû quand même mettre la main à la poche pour le voyage, malgré tout ce que vous aviez récolté ?

Bien sûr ! On a organisé une soirée qu’on a appelé Noisy Hands Up avec des artistes comme Fababy et Noah Lunsi par exemple, à l’espace Michel Simon. C’était un grand concert à guichets fermés et on a fait payer les entrées (une dizaine d’euros seulement). C’était blindé à mort! L’événement nous a énormément aidé, surtout financièrement. Il a permis de payer la moitié du prix du billet d’avion pour chacun.

Une fois arrivés au Mali, qu’est-ce-que vous avez mis en place ? 

On est restés à l’orphelinat, à Dialakoroba, à 1 heure 30 de Bamako, et on a dormi sur place. Le but sur place était de les sortir un peu de leur routine. La grande majorité est scolarisée. A la fin des cours on organisait des activités ludiques, on a apporté une grande enceinte, et le soir on balançait de la musique, on dansait, on faisait une chaise musicale… Mais quand la nuit tombe, il n’y a plus du tout de lumière dans le village. La nuit, elle tombe, c’est mort ! Tu ne peux plus organiser d’activités.

Avant de partir, on a surtout fait un grand travail au niveau de la récolte de chaussures, parce que là-bas ils sont pieds nus ! Et là-bas c’est la cambrousse ma gueule c’est pas le béton de Noisy hein ! Là-bas tu peux marcher sur tout et n’importe quoi ! On a réussi à récupérer plein de chaussures avec plein de tailles différentes. On avait quand même une dizaine de gros sacs remplis de chaussures.

L’argent qu’on a récolté nous a permis de payer également des fournitures scolaires, des stylos, des cahiers… On a calculé par rapport au nombre d’orphelins (ils sont 45 en tout) pour que chacun puisse avoir quelque chose.

Le fait de dormir à l’orphelinat nous a permis de voir vraiment comment ils vivent. Et les petits c’est fou comment ils sont autonomes, ils n’ont pas beaucoup de vêtements, ils mangent pas beaucoup mais je te jure qu’ils se débrouillent ! Quand j’ai dû les quitter j’ai chialé de dingue. On a réussi à choper des ensemble du PSG aussi, et ça t’inquiète pas qu’ils connaissent les Neymar et le Mbappé !

2018-10-31 120958-1029021

Dans le village, il y a également un centre de soin, parce qu’on ne peut pas appeler ça un hôpital, où il n’y a que deux médecins. Ils se trouvent dans une situation de précarité de dingue. Le paludisme est un fléau là-bas, on leur a apporté des médicaments qu’on a récolté auprès des pharmacies de la ville. Surtout des désinfectants, des compresses, du strap, des ciseaux, etc… pour les aider à prendre en charge les patients dans les meilleures conditions possibles.

Vous vous attendiez à autant de travail sur place ? Vous avez été surpris ?

Moi j’en pleurais ma gueule ! Franchement je savais que c’était chaud mais je ne pensais pas que ça allait être aussi dur. Même à Bamako les routes sont mal entretenues, il y a des trous partout ! C’est incroyable.

C’était très très dur mais il y a eu des choses tellement belles en même temps ! Le lendemain de notre arrivée on a visité le centre d’entraînement et de vie de l’équipe nationale de football de jeunes aveugles du Mali. C’est un truc de fou parce qu’ils sont archi forts ! Ils sont très réputés dans le monde du handisport mais il faut voir leur centre d’entrainement… Dans l’équipe joue le meilleur attaquant en activité du monde, qui est à 16 buts toutes compétitions internationales confondues.

joueur.jpg

 

Après on a fait un match contre eux, les yeux bandés et tout! Mais ils sont complétement délaissés par l’État. Frère ils vivent dans des conditions… Ils dorment à deux dans les lits, c’est compliqué. On a récolté plein de maillots et de ballon de football qu’on leur a donné. C’était exceptionnel.

team

Nous on n’a pas de page Facebook, on ne fait pas de communication mais on se débrouille. On prend même pas le temps de prendre des clichés et tout, il faut qu’on prenne des sous pour les petits, on n’a pas le temps de se casser la tête là-dessus. Vaut mieux avoir les sous pour les petits que des belles photos.

Mais on a aussi la chance d’avoir une ville où il y a plein d’opportunités pour les jeunes, pour le sport, pour les projets. Les gens ne savent pas tout ce qu’on fait en banlieue et c’est important de parler de ça.

 

Petite

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s