Voilà ce que tu devrais lire avant de cliquer sur le prochain live de ton coach préféré

Pour situer un peu le contexte de cet édito, nous sommes en fin de confinement, et comme toi, on a vu des coachs sortir de terre comme les soi-disant taupes qui te font rater tes frappes sur le terrain en herbe de ta ville. Avant les stories que tu consommes habituellement avec tes Nesquik (ou tes Choco Moons de LIDL) c’est une enfilade de lives de coachs que tu retrouves sur Instagram. S’il avait déjà commencé bien avant le confinement, ce boom des coachs digitaux a été mis en exergue par la crise sanitaire, puisque muni d’un iPhone et d’un trépied, @stephane_coach75015 s’est mué en Spielberg du Basic Fit depuis son appart de Vaires sur Marne. 

De ce constat est née notre réflexion chez Jeune Athlete : pourquoi tout ce beau monde se met-il au coaching ? Est-ce que tous ces coachs sont legit ? Comment reconnaître le vrai du faux ? Comment s’explique la poussée du bling-bing athlétique et les nouvelles pratiques sont-elles une menace pour le sport-santé ? Pour nous aiguiller dans cet océan athlétique 2.0, nous avons demandé de l’aide à Steve Delaval, ancien international français de football américain et co-fondateur de la salle de sport parisienne Le Labo by Omegaworkout ainsi qu’à Lionel Toucet, performance coach et co-fondateur de @yanca_training, lui aussi ancien tricolore de foot U.S, et l’un des rares français à avoir gagné sa place en German Football League. Avec leur savoir-faire, leur expérience et leur vécu, nos coachs du jour nous ont apporté des réponses à ces questions que certains devraient se poser un peu plus souvent avant de se mettre à faire des burpees sur leur carrelage parce que @sabrina_fit_90 en a décidé ainsi. 

Dis moi comment tu coaches, je te dirai qui tu es

Comme la boulangerie, la pâtisserie ou la déco intérieure, qui ne connait pas quelqu’un qui connait quelqu’un qui s’est converti au coaching, nouveau culte à la mode, avec comme sanctuaire, le Fitness Park du coin ou la salle branchée du Marais ? Au pourquoi, Steve nous répond : « cest un moyen pour les gens de faire ce quils veulent, ce quils aiment, en gagnant un peu dargent. Et avec les réseaux sociaux cest beaucoup plus facile de toucher une clientèle, il suffit d’être sportif et de bien présenter et on peut être un peu crédible parce que tout le monde pense que si on peut sentrainer soi-même alors on peut être coach et entraîner nimporte qui alors que cest beaucoup plus subtil. » Lionel rejoint son homologue en ajoutant que « lengouement est arrivé avec lair des réseaux sociaux, car avant, le sport était représenté par les athlètes, nos profs dEPS, coach fitness, daérobie… Par la suite les coachs comme ceux que nous connaissons aujourdhui sont apparus et ont montré le coaching autrement grâce aux réseaux sociaux. Rappelle-toi comment c’était galère à l’époque pour trouver un programme de musculation adapté bien expliqué, aujourdhui grâce aux réseaux sociaux cest beaucoup plus simple. Il y a ceux qui aiment ce lifestyle, ceux qui veulent un métier qui les passionne, et ceux qui pensent que cest un métier « facile ». » Instagram et les réseaux comme catalyseurs de vocation cachée donc… Mais dans cet océan de squats sautés et de gainage latéral, comment choisir le coach à follow ? 

Les séances au détecteur de mensonge

Dans un domaine aussi vaste qu’est la performance humaine, difficile de différencier l’efficace du dangereux. Et si les détecteurs de coach mito ne sont pas encore vendus sur Wish, Steve nous donne quelques tips saupoudrés d’une anecdote salée : « on ne peut pas forcément le reconnaître directement mais cest vrai quil y a des éléments techniques que nous on voit et qui sont assez marrants. Récemment on ma envoyé le profil dun mec qui faisait de lagilité avec une échelle et tout, et il faisait tout à lenvers. Il avait copié un coach de Los Angeles qui entraine pas mal dathlètes, mais en changeant le sens donc sans comprendre réellement le cheminement du training. » Lionel abonde lui aussi dans ce sens et invoque même l’appel à un ami : « si tu as mal au dos après avoir fait ta séance ahah… Plus sérieusement par rapport au contenu proposé, ses connaissances, la programmation et efficacité de ce quil propose. Et rien ne tempêche de demander lavis de quelquun dautre de qualifié sur les programmes proposés par ce coach. » 

Et les diplômes dans tout ça ? Ça sert de demander le CV athlétique d’un coach avant de signer avec lui ? Lionel réplique : « le diplôme permet davoir les connaissances anatomiques, physiologiques ou nutritionnelles. Il fait preuve de certaines validations dacquis et permet davoir une sécurité pour le coach et ses coachings. Après le diplôme ne fait pas le « bon » coach, tout comme les crampons ne font pas les bons joueurs. Tout le monde ne peut pas sinventer coach, cest un vrai métier pas un passe temps. Il y a beaucoup dheures d’études et de pratique. » 

Mais à l’heure d’un sport plus digital que jamais, mis en orbite par le confinement, un talent numérique peut-il réellement faire squatter les foules ? Steve n’a qu’à ouvrir son Instagram : « Oui, si tu regardes le nombre dabonnés, les likes et les commentaires. Quelquun qui présente bien, qui explique bien, peut prétendre à être un bon coach. Mais encore une fois, ça ne sarrête pas au digital et à montrer un exercice, il y a toute une pédagogie en suivi, une méthodologie à mettre en place et qui est adaptée à la personne que tu as en face de toi. Encore une fois, un coach cest quelquun qui entraine une personne ou plusieurs personnes, qui donne un suivi. Ce nest pas juste quelquun qui montre des exercices à la perfection. Ça, tout le monde peut le faire. » Et qui dit réseaux, dit les tendances qui vont avec. Comme pour toute autre industrie, le sport digital n’est pas exempt du « toujours plus » drivé par les réseaux. Mais cette escalade est-elle vraiment bénéfique et nécessaire ? 

« C’est pas les likes qui font le coach, mais… »

Des jeux de lumières dignes de Dj Snake, des élastiques aux couleurs de l’arc en ciel, de la tech façon Black Mirror, la séance la plus chaude, la plus rapide… pourquoi assiste-t’on à cette montée en puissance du bling bling athlétique ? « On assiste à ça parce quil y a une énorme force au niveau des réseaux sociaux et du visuel. Jai eu cette réflexion il y a quelques mois déjà en me disant quil fallait faire de plus en plus compliqué avec plus de visuel pour atteindre un résultat qui était similaire à un entrainement normal. Cest juste quun entrainement normal au final tu te dis bon, cest pas trop visuel et ça vend moins de rêve au gens. Donc tu vas faire une séance compliquée avec 50 élastiques, les derniers élastiques, les dernières machines derniers cris, la machine qui va bien… mais au final pour les gens lambda il ny a pas besoin de faire si compliqué, on peut aller au plus simple » nous répond Steve du Labo. Et oui, car on ne peut plus ignorer l’ère de l’image et ses codes. Lionel de son côté retient surtout le côté positif de cette tendance : « faire toujours mieux quhier, comme je lai dit plus haut cest une industrie en constante évolution. Le but du sport lui même est basé sur le développement, tous les jours il y a un nouveau model dentrainement qui apparaît. Après est ce quils sont tous utile… NON. » Ce « NON » en lettres capitales nous donne les pincettes avec lesquelles il faut prendre le contenu qui afflue sur les réseaux et différencier le beau, de l’utile et du sain. D’ailleurs, ce sport, est-ce qu’il est toujours sain ?

« Belek à ton dos, belek à tes genoux » *Hamza voice*

Puisqu’au final, que ce soit physiquement ou mentalement, le sport est tout de même une recherche de bien-être, de bonne santé, de bien vivre et de plaisir… comment éviter les mauvaises surprises et surtout les pépins qui nous donneraient une nouvelle excuse pour tout arrêter ? Lionel a un petit message pour les débutants : « il faut trouver un cours adapté à son niveau. Et si possible payer un coach qui accompagnera la personne durant toute la séance de manière individualisé ». Son niveau ? Mais les coachs sur Instagram ils parlent pas trop de niveau… si je suis débutant je ne peux pas tout faire ? « Ben non, pas du tout. Cest un peu ce que je vois de plus en plus. Entrainement full body, Hiit, pour débutant. Il y a des débutants qui senvoient des grands burpees, des squats sautés alors que cest pas la meilleure chose à faire. Tu vas te bousiller les genoux, tu vas tabimer le coeur et flinguer ton corps. Un coach cest pas seulement montrer les exercices que tu as en poche, cest comprendre une méthodologie, savoir sadapter aux gens que tu as en face de toi. Si tu commences le sport, commence par des choses simples. Cest comme la cuisine, si tu commences, tu ne vas pas essayer de faire des plats de chefs étoilés alors que tu ne sais pas faire des pâtes. » précise Steve Etchebest. 

Et avec tous ces gens qui se sont mis à bouger pendant le confinement, on se demandait justement si cette démocratisation du sport n’était pas sa plus grande faiblesse… Steve nuance : « cest bon car tout le monde se met au sport. Ce nest pas seulement réservé aux athlètes. Cest aussi ça quon a voulu mettre en place au Labo, cest un sport adapté à tous et pas seulement aux sportifs de haut niveau. Adapté et accessible à tous, cest ça la démocratisation du sport. La plus grande faiblesse, ce nest pas tous ces charlatans, mais tous ces gens qui sautoproclament coach ou athlète et qui montrent un maximum dexercices sans expliquer pourquoi on les fait ou sans proposer un chemin qui tamène à cet exercice et cette séance. Cest un peu le bas de ce domaine. Je pense que le fitness aide beaucoup à ces pratiques car il y a 10 000 personnes qui se proclament coach dans ce milieu. Il faut faire attention et être un peu plus lucide dans ce quon nous apporte et ce quon nous propose. »

Voilà, maintenant tu peux cliquer sur le live de ton coach préféré et faire tes burpees en connaissance de cause.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s